Archives July 2019

LE JUDO DU GENRE ou comment utiliser le sexisme contre les sexistes.

Le judo consiste à utiliser l’agression de votre adversaire contre lui ou elle pour gagner lors de l’échange. Dans le judo du genre, concept nommé par Joan C. Williams de University of California Hastings, il s’agit d’utiliser le stéréotypes sexistes contre les sexistes eux-mêmes.

En effet, toute personne qui s’est retrouvée dans une discussion avec un ou une sexiste convaincu/e, a très certainement constaté que les arguments posés, rationnels, ou l’appel à l’empathie, sont tout simplement inefficaces. Si les sexistes convaincus pouvaient être atteints par ce type d’approche, ils ne seraient pas sexistes convaincus. Comme ils ne se rangeront pas à nos arguments, Il faut utiliser les leurs pour les vaincre, et utiliser leur propre représentation du monde pour les confondre.

La campagne présidentielle américaine, si elle nous donne parfois des sueurs froides, nous a donné la semaine dernière lors du débat entre la candidate à la vice-présidence Kamala Harris, et le vice-président actuel Mike Pence, un très bon exemple de judo du genre. Alors que Pence, tout aussi posé qu’il était, a quand même passé sa soirée à l’interrompre, à essayer de parler plus fort qu’elle, et a globalement ne pas l’écouter (pratiques sexistes vécues par beaucoup de femmes), Kamala Harris nous a donné une bonne leçon de judo du genre.

Une des raisons pour lesquelles le sexiste interrompt les femmes, c’est qu’il ne respecte pas leur parole en tant que personne compétente, et que pour lui, les femmes doivent être avant tout douces et gentilles. Et c’est en lui donnant ce qu’il souhaite, c’est-à-dire la manière douce et gentille, et avec le sourire cher à tous ces messieurs qui aiment les femmes en mode ornemental, que Kamala Harris a gardé la main face à Mike Pence. Son « I am speaking » répété avec le sourire et la patience pendant tout le débat, a dépourvu les sexistes de leurs accusations de femme hystérique, énervée ou agressive, dès qu’on leur résiste. Cela a forcé Mike Pence dans un rôle que tous jugeront irrespectueux.

Même si ça ne devrait pas être nécessaire de se conformer aux stéréotypes pour être entendue, le fait est que c’est efficace contre les sexistes. On les neutralise avec la forme, mais on ne cède rien sur le fond. En revanche, afin de ne pas s’enfermer dans une forme stéréotypée et sexiste, ne pratiquez le judo du genre que quand il s’agit en effet d’une discussion avec un adversaire. Dès que vous êtes avec un allié, ou même quelqu’un de neutre ou plus ouvert, vous n’avez pas besoin de recourir à ce genre de stratagème. Autorisez-vous à être naturelle, sans sourire si vous souhaitez, sans douceur si ce n’est ni votre caractère ni votre humeur du moment, et sans concession.

Pour un autre exemple du judo du genre, lisez notre article sur COMMENT MONTRER SA COLERE AU BUREAU SANS ETRE QUALIFIEE D’HYSTERIQUE sur http://lesfillesdufutur.com/2018/10/pas-hysterique/


l'Orchestre et le Paravent

#TousDesMalBiaisés : série engagée et informative sur les biais sexistes

Larousse :

Biais (nom masculin) de l’anglais bias

  • Distorsion, déformation systématique d’un échantillon statistique choisi par un procédé défectueux, ou d’une évaluation.

Post 1 : L’orchestre et le paravent

Nous voilà au début d’une série de posts qui vont parler des biais sexistes. Ah.. on sait, ça vous gave d’avance, vous n’êtes pas concernés… ou alors q’un peu, « pour les autres », car les biaisés, c’est pas vous. … Vous et moi, on est ultra pro-égalité, objectifs, actifs et MeToo sensibilisés. Biaisés, c’est pas nous.

Sauf que.. si. Car le biais est un fourbe. Souvent il s’ignore, et quand il ne s’ignore plus, même dénoncé, reconnu, démasqué, il opère quand même. Parce que malgré notre vigilance, on a beau savoir que le biais nous fausse le jugement, on est pas mécano de notre propre cerveau.

Pour illustrer ce qu’est un biais, et ce qu’on peut faire et qui marche pour lutter contre, replongeons-nous en enfance à la rencontre d’un des premiers biais que l’on a vécu en groupe organisé : le chouchou de la classe. Adoré par le maître ou la maîtresse, plus sage, plus gentil, plus mimi, on lui donne la parole dès qu’il ou elle lève la main  il collectionne les bons points et les compliments, bref, le ou la  chouchou est avantagé. Tant que l’enjeu n’est que le nombre d’images reçues, ce biais dans l’enseignement, le favoritisme, a peu d’incidences long terme. Mais, dès que les notes vont commencer à constituer un dossier scolaire, les choses se corsent. Car on a beau dire aux enseignants : pas de chouchou, pas de favori ! Il est impossible de demander aux encadrants de rester objectifs face aux travaux de leur élèves, alors que leur vécu de pédagogue englobe, au-delà des compétences académiques, la personnalité et le comportement.

Alors, que faire pour lutter contre le biais du favoritisme ? On fait comme à l’école : on plie sa feuille, on colle le coin en haut, et on rend sa copie anonyme… enfin, plus anonyme qu’avant. Car il restera des indices : l’écriture qui peut être reconnue, le style ou la présence de fautes, bref, on peut améliorer l’anonymat, mais il faut rester vigilant sur les détails.

Plongeons dans le cas le plus célèbre de démonstration de biais sexiste :

Nous sommes en sortie de seconde guerre mondiale aux États-Unis, et pendant le conflit, les femmes ont pris le relais des hommes pour travailler en usine. Et maintenant, au début des années 50, elles sont en pleine affirmation de leur capacité à, elles aussi, « faire le job ». Un des secteurs de revendication : les orchestres philarmoniques, qui très souvent n’ont aucune femme musicienne. En 1952, l’orchestre symphonique de Boston décide, pour combattre les biais sexistes, de faire des auditions anonymes. Même si les panels sont composés des professionnels persuadés de juger objectivement, on tente l’ajout d’un paravent, et on lance les auditions à l’aveugle.

Ça marche… un peu. On voit une hausse des candidats femmes retenues, mais moins que ce que l’on imaginait. C’est prometteur, mais aussi un peu décevant. Jusqu’à ce que quelqu’un remarque un détail : le bruit des talons hauts. Malgré le paravent, le bruit des talons aiguilles quand une femme rentrait dans la pièce indiquait aux juges, sans même qu’ils ou elles ne s’en rendent compte, le genre de la candidate. Dès lors, on a demandé aux candidats d’enlever leurs chaussures avant de rentrer dans la salle d’audition, et voilà… les chances de passer au second tour pour une femme ont augmenté de 55%.

Depuis, quasi tous les orchestres utilisent les auditions à l’aveugle pour au moins une phase de leur recrutement. Et les chiffres sont parlants. Alors que les orchestres ne renouvellent pas vite leur personnel, qui a tendance à travailler durant des décennies au même poste, à la fin du XXème siècle aux Etats-Unis, le % de femmes en orchestre atteignait 35%, venant de rien du tout 50 avant, et avec un rythme de remplacements au compte-goutte.

Et puis les auditions à l’aveugle… ça nous a donné THE VOICE, alors…

Nous retrouvons ici des points évoqués lors du favoritisme :

  • Rendre anonyme
  • Faire attention au détail qui peut amoindrir l’effet : l’écriture reconnue, le bruit des talons.

Et surtout notons que l’orchestre de Boston ne s’est pas satisfait de ce que beaucoup d’organisations prennent pour une solution mythique : la prise de conscience. : on ne s’auto-guérit pas d’un biais juste en sachant qu’il est là, ou avec de la « formation ». Ce qu’il faut, c’est modifier un bout du processus de jugement, car on ne changera pas les hommes si facilement. Ne vous méprenez pas, je ne dis pas qu’il ne faut pas se former aux biais sexistes, c’est bien de se former pour savoir que les biais existent, les identifier, et lancer les projets de correction de process. Comptez sur la formation pour la prise de conscience, mais pas pour la solution. Comme je vous disais en intro : le biais est fourbe, on a beau savoir qu’il est là, il marche quand même, on est pas mécano de son propre cerveau.

Pour faire avancer les choses il faut :

  1. Accepter que les biais sexistes existent, y compris chez soi (hommes et femmes), y compris dans les secteurs qui se pensent objectifs.
  2. Apprendre à les voir
  3. Se préparer à devoir modifier un élément de process/comportement pour lutter contre. C’est possible y compris au niveau individuel, on a des astuces … vous verrez.

Dans les prochains posts nous explorerons les différents biais sexistes au travail, comment faire pour les reconnaitre, et quels actions marchent pour tenter de les contrer.

C’était une chronique de la série #TousDesMalBiaisés des FiLLES du FUTUR.

A bientôt !


Se retrouver entre femmes au travail, c’est pas forcément compliqué…

Marre du macho au bureau ?

Ras le bol des misogynes de la cantine ?

Du sexiste de l’open-space ?

Vous avez bien raison.

Mais pas facile de faire quelque chose quand on se sent toute seule, et peu d’organisation ont mis en place des réseaux de soutien de femmes dignes de ce nom. Qu’à cela ne tienne. Voici les conseils des FiLLES du FUTUR.

CREEZ UN LADIES’ LUNCH. 

1 fois par mois,vous et des collègues femmes, vous retrouvez en réel ou par Skype/visio pour déjeuner et parler des inégalités pro dans votre organisation. Vous verrez tout de suite que certaines choses que vous pensiez être « votre problème » sont partagées, et sont finalement des problèmes culturels ou systémiques, et pas forcément personnels. Vous aurez aussi du soutien, des conseils, et qui sait, des actions. 

COMMENT – 10 règles: 

1. Identifiez min 4 et max 8 femmes

2. 1h mini à 1h30 max

3. 1 fois par mois, et on s’y tient.

4. Si possible, mixez les services et niveaux. 

5. Faites un tour de table obligatoire à chaque lunch

6. NE PARLEZ QUE DE QUESTIONS D’EGALITE

7. Respectez la parole du Lunch, motus à l’extérieur sauf si décision commune.

8. Si vous le souhaitez, amenez ou envoyez à l’avance de la lecture à vos co-luncheuses.

9. Finissez sur une prise de date pour le prochain

10. Amusez-vous !

En détails :

Identifiez min 4 et max 8 femmes

Pas trop peu,car il faut de la diversité, pas trop car il faut que chacune puisse parler. Si vous en trouvez plus, faites différents groupes de Lunch. Seulement des femmes car il s’agit là de votre vécu, les hommes « alliés » vous soutiennent, mais ne sont pas conviés. Sinon, vous allez marcher sur des œufs pour ne pas les vexer, passer du temps précieux à expliquer un vécu non partagé. Ils seront bienvenus pour passer à l’action si besoin.

1h mini à 1h30 max

Il faut avoir le temps de parler, mais être gérable dans l’agenda.

1 fois par mois, et on s’y tient.

Traiter ce lunch comme un rdv pro extérieur. Si vous annulez parce qu’il y autre chose à faire,vous ne prenez pas la question de l’égalité au sérieux. Pourquoi votre organisation en ferait-elle une priorité si vous ne la faites pas ?

Si possible, mixez les services et niveaux. 

Cela ouvrira les perspectives et permet de partager les expériences. Et sachez-le : les femmes plus haut dans la hiérarchie ont aussi besoin de soutien et d’échanges. En plus de pouvoir être des mentors, elles seront de vraies participantes.

Faites un tour de table obligatoire à chaque lunch

Que chacune puisse parler

NE PARLEZ QUE DE QUESTIONS D’EGALITE

Il va être tentant, des amitiés se liant, de parler d’autres choses. Attention, le Ladies’Lunch se transformera alors en un quelconque déjeuner qui ne fait pas avancer les sujets.

Respectez la parole du Lunch, motus à l’extérieur sauf si décision commune.

Chacune doit pouvoir s’exprimer sans avoir peur que ce qu’elle dit fuite. Pas non plus de chef qui dit « ça m’intéresse, tu me débrieferas… ». expliquez-lui ou à elle que c’est contre les règles, et pour que la parole se libère, il faut que l’on se sente en confiance.

Si vous le souhaitez, amenez ou envoyez à l’avance de la lecture à vos co-luncheuses.

Vous avez lu un article qui vous parle sur l’égalité salariale ? un podcast sur comment négocier ? n’hésitez pas à en faire profiter vos co-luncheuses sous une forme facile à partager. Vous pouvez aussi faire un groupe WhatsApp, facebook ou Slack par exemple.

Finissez sur une prise de date pour le prochain

Amusez-vous !

Parfois le sexisme fait rire jaune, mais fait rire quand même…


Découvrez notre ABC des alliés.

Bravo et merci à tous les hommes qui manifestent leur soutien lors de la journée du 8 mars.

Bravo et merci à toutes les femmes qui se mobilisent pour relayer la grande cause de l’égalité auprès de leurs amis sans « e »,leurs maris, leurs neveux, leurs fils, leurs collègues à moustache, et qui tentent même de convaincre René, le boulanger grincheux du bas de la rue.

Ce guide est pour vous.

Pour allez au-delà du soutien, et passer à l’action solidaire et quotidienne, 365 jours par an.

Mais comme on sait que c’est pas facile, on y va doucement, une lettre à la fois…

Voici notre ABC des alliés, un guide pratique d’actions concrètes et faciles pour aider les hommes qui veulent aider les femmes.

La première lettre,comme il se doit, représente le début de toute démarche face a un problème : reconnaître son existence.

Et comme nous avons beaucoup entendu de la part d’hommes alliés «je ne me rendais pas compte », « je n’en étais pas conscient », nous pensons qu’entendre la parole des femmes qui sont proches, avec qui on partage des liens de confiance, et dont le sort nous touche tout particulièrement, est une première bonne étape.

Certains peuvent appréhender cette discussion, mais croyez-nous, elle est libératrice. Elle renforce les liens entre vous et celles qui vous entourent et, surtout, elle ne vous demande à ce stade rien d’autre que vos oreilles. Nous ne vous demandons pas à la fin de cet échange de trouver en quelques heures les solutions à un problème millénaire, ni même de trouver les mots justes pour réagir.

QUE SE PASSE T’IL ?

Les femmes, même proches de vous, ont intégré qu’il ne fallait pas parler de ces sujets, de peur de créer un malaise, mais aussi ne pas être crue, accusée “d’exagérer”, ou pire, de se voir forcée de se justifier (mais t’avais bu toi aussi ? qu’est-ce qu’il s’est passé pour qu’il pense qu’il pouvait..?). Et, n’étant pas sûres de votre réaction, elles redoutent parfois de découvrir qu’un de leur ami proche ne serait pas de leur côté en cas de sexisme.

Ecoutez. Ce sera déjà super.


Non, je ne suis pas une HYSTERIQUE !

Le Conseil du jour : Savoir montrer sa colère, sans être qualifiée d’HYSTERIQUE

Une insulte que l’on entend très vite, même dans la bouche des autres femmes. En effet, on s’attend à ce qu’une femme s’en tienne à un rôle de mère aimante, douce, toute dérogation est vue comme un dérapage. Alors que quand un homme montre de la colère, c’est pris pour de la force, du caractère, pas du déséquilibre. QUE FAIRE ?


244 idées cadeaux pour votre Noël 2019 Anti-Stéréotypes

Nous revoilà en pleine période de fêtes et de questionnement pour les cadeaux. Plaira, plaira pas ? Ecolo Vegan Local ? MeToo compatible ? Ah la la, prise de cabochon !… 

244 idées cadeaux à tous les prix avec des idées pour les filles et les garçons, les femmes et les hommes et qui luttent contre les stéréotypes sexistes. Voilà notre cadeau pour cette année 🙂 

Alors on mate et ON PARTAGE AVEC SA FAMILLE ET SES AMIS (aller un petit « faire suivre » pour la bonne cause) ce catalogue avec 244 idées de cadeaux anti-stéréotypes, fait par le collectif les FiLLES du FUTUR. Hyper pratique, le format phone , à télécharger pour avoir sous la main, ou le format à imprimer A4 si on préfère l’avoir au fond du sac ou le lire sur papier. 

C’est quoi un cadeau anti-stéréotypes ?

C’est un cadeau qui sort des clichés, et qui promeut, pour les femmes ou les filles, une image égalitaire que l’on a envie de donner en exemple. À ne pas confondre avec son cousin germain sympa, le cadeau non-genré, qui ne possède pas de signes qui font référence à fille ou garçon. Par exemple : un déguisement de pirate pour fille est un cadeau anti-stéréotypes. Il est genré (pour filles), mais n’enferme pas les filles dans un rôle convenu. Un télescope est un cadeau non-genré. Les deux permettent d’élargir les horizons.

Ce catalogue, c’est que des cadeaux pour filles ?

Pas du tout ! D’ailleurs, la plupart des cadeaux, en particulier les jouets, les livres, les films, sont à destination de tous. En revanche, c’est en effet des cadeaux qui montrent des filles, ou des femmes. Mais ils peuvent être donnés à des garçons ou hommes. Euh… sauf les déguisements. Ou alors avec explication ! 

Alors, pas d’image de garçon anti-stéréotypes ?

Vous en trouverez quelques unes. Souvent, dans un duo sur pied d’égalité avec une fille. Par exemple, Aquaman avec Mera, ou SpiderMan et SpiderGwen. Mais il est vrai que notre spécialité est plus autour des stéréotypes féminins.

Appel à suggestions : tous les garçons, papas, oncles, copains, envoyez-nous des idées pour l’année prochaine ! 


ABC des alliés… le Z !

Pour vous, #lesFiLLESduFUTUR ont conçu cet #ABCdesAlliés. ” Z “
Zieuter à l’avance, ou en même temps, les contenus culturels pour enfants, et privilégiez ceux qui sont égalitaires.

Faites un comptage des personnages féminins et masculins proches, rôles féminins actifs et pas réduits à être la “quelque chose” d’un garçon : “copine de” “maman de”, etc.

Ne reproduisez pas les stéréotypes que vous avez peut-être intégrés enfant. Si un contenu très populaire est déséquilibré, ne frustrez pas l’enfant, mais à la fin du visionnage faites des commentaires. ” Tu as vu, y’avait quasi pas de filles. Ça aurait été mieux si y’avait moitié/moitié comme dans la vraie vie” ou ” Tu as vu ? La fille elle faisait presque rien dans l’histoire. C’est dommage ». Cela peut démarrer des conversations formatrices avec vos enfants.

l’ABC des alliés est un guide pratique d’actions concrètes et faciles pour aider les hommes qui veulent aider les femmes. À partager, à faire suivre, à commenter, 1 lettre par semaine.


Libérée, Délivrée, 2 !

LIBÉRÉE, DÉLIVRÉE, 2 !
à l’aventure !
j’ai une confession à faire… j’ai vu les films “le seigneurs des anneaux” plus de … 10 fois. Facile. Tranquille. Sans compter les rewinds en pleine histoire, parce que la poursuite à cheval de Arwen par les Nazguls, c’est juste trop cool. Mais côté grande quête magique pleine d’aventures et de rebondissements, et d’épées, et de trolls, et de Ouhhhh Ahhhh, côté filles, ça restait mince. Même les bienvenus récits Harry Potter n’avaient Hermione qu’en second rôle. Et voilà qu’on nous annonce Frozen 2 (pour les VOSTiens), Et la bande annonce semble enfin nous donner ce que l’on attendait L’aventure épique avec protagonistes féminins. De quoi encourager des générations de filles à l’audace, à l’aventure, au dépassement. De quoi montrer à des générations de garçons que les filles c’est cool aussi (j’ai encore des souvenirs souriants de petits garçons déguisés en Elsa, ou de soldats en uniforme camouflage chantants “Let It go” à tue-tête en tournant sur eux-même avec pirouette).
Allez, on se prépare à une nouvelle vague de libérée, délivrée, c’est pour la bonne cause !


ABC des alliés : le W

Pour vous, #lesFiLLESduFUTUR ont conçu cet #ABCdesAlliés. ” W “

(s)Witchez de compliments : passez des félicitations sur l’apparence, à des louanges sur la personnalité.

En particulier pour les enfants, ne dites pas aux filles UNIQUEMENT “qu’elle est jolie”, mais aussi ” qu’elle est intelligente” ” forte” “maline” “courageuse”, etc.
Et quand vous entendez dans les médias une femme remarquable réduite à son apparence (par exemple une sportive réduite à sa tenue ou au diamètre de ses cuisses), recentrez sur la performance et dénoncez le sexisme de la remarque précédente.

l’ABC des alliés est un guide pratique d’actions concrètes et faciles pour aider les hommes qui veulent aider les femmes. À partager, à faire suivre, à commenter, 1 lettre par semaine.


ABC des alliés : le T

Pour vous, #lesFiLLESduFUTUR ont conçu cet #ABCdesAlliés. ” T”

Trouvez un moyen de faire entrer des femmes dans votre organisation ou service, en particulier s’il est très masculinisé, ou si le poste n’a jamais été occupé par une femme.

Petit truc : forcez-vous à considérer toujours un panel de candidats mixtes (stages, emploi, etc.). Si votre secteur est très masculinisé, envisagez d’ouvrir les profils, et de bien être inclusif de manière explicite et volontaire dans vos annonces. Contrairement à ce que l’école nous a appris, le masculin n’est pas neutre. Il est masculin. Une annonce qui dit “recherche ingénieurs”, suscitera moins de mixité que “recherche ingénieurs et ingénieures”.

l’ABC des alliés est un guide pratique d’actions concrètes et faciles pour aider les hommes qui veulent aider les femmes. À partager, à faire suivre, à commenter, 1 lettre par semaine


ABC des alliés : le S

Pour vous, #lesFiLLESduFUTUR ont conçu cet #ABCdesAlliés. ” S “

Soyez attentifs à la visibilité des femmes dans les médias et la société.
Pour des conférences, panels, assemblées, cherchez à équilibrer les experts avec, si possible, 50% d’expertes. Pour en trouver, utilisez par exemple le guide expertes.fr. Dans certains secteurs très masculinisés, les rares femmes croulent parfois sous les demandes. Si l’une d’entre elles décline votre invitation, demandez-lui si elle connaît une autre femme qui pourrait la remplacer.
ASTUCES : Proposez à une femme trop sollicitée de venir sur une période plus courte en « guest star », ou même d’intervenir à distance via skype ou via une mini-video. Elle ne sera pas physiquement présente, mais les femmes seront visibles et représentées en tant qu’expertes. Ouvrez aussi à des expertes d’autres pays, et, si besoin, préparez des sous-titres ou une traduction simultanée. Si vous êtes homme invité, refusez de participer à un panel trop masculin, suggérez les astuces citées ici à l’organisateur.

l’ABC des alliés est un guide pratique d’actions concrètes et faciles pour aider les hommes qui veulent aider les femmes. À partager, à faire suivre, à commenter, 1 lettre par semaine.